Ärztegemeinschaft für Praxis-Anästhesie
Ambulante Anästhesien für Eingriffe in Praxis-Operationssälen und Zahnarztpraxen, Spital-Stellvertretungen, Nothelferkurse BLS-AED-SRC

Anesthésie ambulatoire

En tant que spécialistes expérimentés, nous effectuons des anesthésies pour les interventions ambulatoires dans les blocs opératoires des cabinets médicales chirurgicales et des cabinets dentaires. Si nécessaire, nous offrons des remplacements dans les hôpitaux et les cliniques. En outre, nous organisons des cours d'urgence (BLS-AED).

Notre équipe

Nous sommes 7 médecins anesthésistes, 15 infirmières spécialisées en anesthésie ou soins intensifs, ainsi que 2 secrétaires. En tant que membres actifs de l'Association of Swiss Office Based Anesthesiologists (ASOBA), nous sommes à la pointe des derniers développements profesionnelles et de la politique professionelle dans le domaine de l'anesthésie ambulatoire.

Sélection rapide

Pour les patients

Pour les médecins

Qui sommes-nous

Sécurité

Partenaires

Cours d'urgence

Contact

Login pour
les inscriptions
de patients

Login pour
le personnel

 


 

 


 

Pour les patients

Introduction

Anesthésie pour la chirurgie ambulatoire

Les médecins et les dentistes pratiquent souvent des interventions de petite ou moyenne envergure en ambulatoire dans leur propre cabinet. Le traitement se déroule ainsi pour vous dans l'environnement familier de votre médecin et est moins coûteux que celui effectué à l'hôpital. L'anesthésie facilite également le traitement des enfants, des patients anxieux et des personnes souffrant de handicaps.

Une prise en charge personnelle

En tant que spécialistes de l'anesthésie ambulatoire, nous nous rendons au cabinet de votre médecin ou de votre dentiste le jour du traitement et vous assurons une prise en charge ininterrompue avant, pendant et après le traitement, avec les mêmes normes de qualité et de sécurité qu'à l'hôpital. La veille de l'intervention prévue, votre anesthésiste vous appelle personnellement et discute avec vous de la procédure à suivre. Nous tenons compte des souhaits individuels, nous vous prenons en charge personnellement, calmement et de manière détendue.

Les différents types d'anesthésie

L'anesthésiologie moderne propose un grand nombre de procédures pour la suppression de la conscience et de la douleur. Lors de l'entretien téléphonique de préparation, nous déterminons ensemble le type d'anesthésie que nous utiliserons et tenons compte, dans la mesure du possible, de vos souhaits individuels. En principe, la règle est la suivante :

  • D'un point de vue médical, il n'est presque jamais pertinent si l'on procède à une anesthésie générale ou régionale.
  • Il est (presque) toujours possible de faire une anesthésie générale. Certaines procédures nécessitent une anesthésie générale.
  • Pas toutes les procédures peuvent être réalisées sous anesthésie régionale.
  • L'anesthésie régionale ne doit jamais être pratiquée contre la volonté du patient.
  • Il peut y avoir des raisons convaincantes pour lesquelles nous recommanderions l'une ou l'autre de ces procédures.
Anesthésie générale (narcose)

L’anesthésie générale, également appelée narcose, est un état similaire au sommeil profond. Des médicaments spéciaux (anesthésiques) sont administrés par le biais d’une canule de perfusion et agissent directement sur le cerveau en y supprimant la conscience. Le patient ne ressent aucune douleur et ne perçoit de ce qui se passe autour de lui. En règle générale, lors d’une anesthésie générale, la respiration doit être assistée artificiellement à l‘ aide d’un masque facial ou laryngé ou d‘ un tube («tuyeau respiratoire»), ce qui  n’est pas perceptible pour le patient. Les fonctions vitales (circulation, respiration etc.), sont surveillées en permanence pendant toute la durée de l’anesthésie. Le médecin anesthésiste peut contrôler la durée des anesthésies générales à quelques minutes près de sorte que le patient se réveille peu de temps après la fin de l’intervention chirurgicale.

Anesthésie régionale (anesthésie partielle)

Lors de l’anesthésie régionale («anesthésie partielle»), une seule partie du corps est anesthésiée. Cela se fait à l’aide de médicaments spéciaux (anesthésiques locaux) qui sont injectés autour de brins nerveux individuels et bloquent la propagation de l’influx nerveux dans ces nerfs. Aujourd’hui, ces interventions („bloques nerveux“) sont généralement réalisée de manière très ciblée grâce à une contrôle par ultrason. Ainsi, la sensation de douleur peut être spécifiquement désactivée uniquement dans la région du corps à opérer. Après l’administration du médicament, les zones ainsi rendues indolores deviennent d’abord chaudes, puis engourdies et insensibles et finalement pour une certaine temps ne peuvent plus être bougées. La pose de ces „blocs nerveux“ n’est pas douloureuse, car le point d’injection est d’abord rendu insensible localement. Le patient ne ressent donc aucune douleur pendant les anesthésies régionales et reste éveillé. Si nécessaire, il est possible d’administrer un léger sédatif ou de créer une légère somnolence. Si, dans de rares cas, l’effet d’une anesthésie régionale est insuffisant ou diminue trop tôt de manière inattendue, il est toujours possible d’ajouter des analgésiques ou d’induire une anesthésie générale. Cette forme d’anesthésie ne convient généralement pas aux enfants et aux personnes handicapées, car elle requiert la coopération du patient. On distingue différentes formes d’anesthésie régionale :

  • Anesthésie régionale proche de la moelle épinière (anesthésie spinale, rachianesthésie, anesthésie péridurale)
    Toute la moitié inférieure du corps est rendue insensible à la douleur. Le médicament est injecté dans la région lombaire, dans le canal rachidien, à proximité de la moelle épinière (mais pas dans celle-ci).
  • Anesthésie régionale périphérique (anesthésie plexique)
    Dans le cas des blocs nerveux dits périphériques, les nerfs qui alimentent l’extrémité souhaitée sont bloqués de manière ciblée. Ainsi, un bras seul ou une jambe seule peut être anesthésié de manière spécifique. «Plexus» est le terme anatomique pour un réseau de fibres nerveuses. 
  • Anesthésie intraveineuse (IVRA)
    Il s’agit d’une forme spéciale d’anesthésie régionale. Dans ce cas, le médicament n’est pas administré directement à proximité des nerfs, mais dans les veines d’un bras ou d’une jambe. Un brassard similaire à celui utilisé pour mesurer la pression artérielle empêche le médicament d’être évacué trop tôt pendant la chirurgie.
Anesthésie locale

Elle est généralement effectuée par le chirurgien lui-même. Le médicament est alors injecté directement dans la zone opératoire, généralement plutôt petite. Si nécessaire, le médecin anesthésiste peut également administrer un sédatif ou un analgésique en complément.

Sédation/sédation analgésique

La conscience et la sensation de douleur sont atténuées par des médicaments, mais pas totalement supprimées. Le patient se trouve dans un état somnolent superficiel. Le souvenir de l’intervention chirurgicale est souvent perdu. Pour des raisons de sécurité, la circulation et la respiration sont surveillées en permanence.

Risques et effets secondaires

Risques et effets secondaires possibles des anesthésies générales et des anesthésie régionales:

Risques généraux

Toutes les procédures d’anesthésie actuelles sont considérées comme très sûres. Le risque d’avoir un incident anesthésique grave est comparable au risque de subir un accident d’avion. Comme dans la vie en général, il y a toujours un risque résiduel minime de complications en médecine, malgré toutes les précautions prises par les médecins et infirmières concernés! Le risque global d’une intervention chirurgicale et de la nécessaire anesthésie nécessaire dépend, entre autres, des éléments suivants:

  • Âge du patient
  • Habitudes de vie du patient (p. ex., consommation de tabac, d’alcool, de drogues)
  • Présence et gravité de maladies préexistantes ou concommitantes
  • Complexité et durée de l’intervention chirurgicale
  • Moment de l’intervention (planifiée ou d’urgence)
  • Expérience des médecins impliqués

La connaissance de ces facteurs de risque est très importante pour le médecin anesthésiste. C’est pourquoi vous devez remplir un questionnaire de santé avant chaque anesthésie, afin que votre risque individuel d’anesthésie puisse être évalué. En règle générale, seuls les patients ne présentant aucun facteur de risque ou seulement des facteurs de risque légers entrent en ligne de compte pour les interventions ambulatoires. En tant que patient, vous contribuez largement à minimiser les risques en nous informant des éventuels facteurs de risque et en suivant les recommandations du médecin anesthésiste.

Effets secondaires

Les effets secondaires fréquents et bénins des anesthésies générales peuvent être les suivants:

  • Nausée et vomissements: Ils peuvent toutefois presque toujours être traités très efficacement et rapidement.
  • Léger mal de gorge et éventuellement voix enrouée, causés par le masque laryngé utilisé pour la ventilation pendant l’anesthésie ou le tuyau de ventilation (tube) utilisé: Ces symptômes sont également temporaires et peuvent être facilement traités.

Les effets indésirables suivants surviennent occasionnellement lors d’une anesthésie régionale:

  • Douleurs à la ponction: Celles-ci peuvent en général être éliminées en améliorant l’anesthésie locale au niveau du site de ponction.
  • Effet de l’anesthésie insuffisant ou trop court: Ce problème peut être résolu par des mesures complémentaires (administration supplémentaires d‘ analgésiques ou, si nécessaire, par un sommeil crépusculaire ou dans le pire des cas par une anesthésie générale).
  • Rétention urinaire (après rachianesthésie): Une vessie pleine ne peut pas être vidée immédiatement de manière spontanée. Dans de très rares cas, la vessie doit être vidée à l’aide d’un cathéter.
Risques spécifiques rares

Très rarement, les complications spécifiques suivantes peuvent survenir lors d’une anesthésie générale:

  • Dommages dentaires
  • Dommages aux cordes vocales
  • Difficultés à insérer le tuyau de ventilation (tube)
  • Aspiration (pénétration de salive, de liquide, d’aliments, reflux ou produit de contraste dans les voies respiratoires)
  • État vigilant pendant l’anesthésie (awareness)

Lors d’une anesthésie régionale, les complications suivantes arrivent dans des cas très rares:

  • Infection au site de ponction
  • Maux de tête ou de dos (après rachianesthésie)
  • Lésions nerveuses avec troubles sensoriels et paralysie

 


 

Pour les patients

Déroulement de A à Z

Apprenez-en plus sur le déroulement complet de l'anesthésie. Pour ce faire, cliquez sur l'un des chapitres suivants.

Avant l'intervention

Informations pour les patients et questionnaire de santé

Quelques jours après que votre médecin (chirurgien) ou votre dentiste vous ait annoncé chez nous et qu’une date appropriée ait été trouvée pour l’intervention prévue, vous recevrez de notre part un e-mail ou, à titre exceptionnel, une lettre contenant une brochure d’information pour le patient et un questionnaire de santé. Nous vous prions de nous retourner le questionnaire de santé le plus rapidement possible. Vous pouvez le faire de trois manières :

  • Vous pouvez remplir le questionnaire directement en ligne. (Vous recevrez un lien personnel à cet effet.)
  • Vous pouvez imprimer le pdf envoyé par mail ou utiliser le formulaire envoyé par courrier. Après l’avoir rempli à la main, vous pouvez nous le retourner par mail (si possible sous forme de scan (pdf) et non de photo).
  • Si vous disposez de suffisamment de temps, vous pouvez également nous renvoyer le questionnaire que vous avez reçu par e-mail ou par courrier, après l’avoir rempli, par la poste à notre secrétariat.

Si, exceptionnellement, vous n’avez pas du tout le temps de le faire, apportez-le rempli lors de votre traitement.

Si, sur la base de vos réponses au questionnaire de santé, des investigations supplémentaires sont nécessaires, nous prendrons immédiatement contact avec vous et éventuellement avec votre médecin de famille. Dans de très rares cas, la date prévue de l’intervention doit donc être reportée ou si les résultats complémentaires le nécessitent une opération en milieu hospitalier est inévitable.

Appel téléphonique la veille de l’intervention

Au plus tard la veille de l’opération, en général le soir, votre anesthésiste vous appellera personnellement. Dans le cadre de cet entretien, il fixera définitivement avec vous le type d’anesthésie. Il abordera les principaux risques et répondra à toutes vos questions.

Obligation de rester à jeun (heures de jeûne)

  • Il est important que vous ne consommiez plus d’aliments solides ou de boissons contenant du lait au moins six heures avant l’intervention.
  • Les liquides clairs tels que l’eau, le sirop, le thé sucré ou le café noir sucré sont encore autorisés jusqu’à une heure avant l’intervention.
  • Dans l’heure qui précède l’intervention, nous vous prions de ne plus rien consommer du tout!
  • Une bière ou un verre de vin la veille sont autorisés. Ne fumez pas plus que d’habitude le jour de l’intervention, à moins que vous ne puissiez y renoncer complètement sans effort.

Médicaments personnels

Veuillez prendre vos médicaments personnels comme d’habitude le jour de l’intervention – les éventuelles exceptions seront définies lors de l’entretien téléphonique préalable. En règle générale, c’est le médecin qui opère ou le dentiste qui décide si et quand les médicaments anticoagulants doivent être arrêtés avant l’intervention.

Modifications de l’état de santé

Nous vous prions de nous communiquer à temps les éventuels changements de votre état de santé. Par exemple, un rhume, une grippe, de nouveaux médicaments ou une détérioration de l’état général.

Le jour de l'intervention

Que faut-il prendre en compte le jour de l’opération?

  • Mettez des vêtements confortables, laissez tous les accessoires inutiles à la maison.
  • Portez pas de bijoux et renoncez autant que possible au maquillage.
  • Les piercings au niveau du visage et, selon l’intervention, à d’autres endroits du corps doivent être retirés en raison du risque de blessure (brûlure en cas d’utilisation de courant électrique, par exemple pour arrêter les saignements) ou de perte éventuelle. Parlez-en à votre anesthésiste.
  • Les prothèses dentaires et les appareils auditifs ne doivent être retirés, si tant est qu’ils le soient, que juste avant l’induction de l’anesthésie.
  • Portez des lunettes plutôt que des lentilles de contact.

Heures de jeûne

Veuillez impérativement respecter les heures de jeûne convenues:

Sont permis:

  • jusqu’à 6 heures maximum avant le début de l’intervention, les aliments solides et les boissons contenant du lait,

  • jusqu’à 1 heure maximum avant le début de l’intervention, des liquides clairs (eau, sirop, thé ou café sucré).

Prenez vos médicaments personnels comme convenu avec l’anesthésiste. A moins que vous ne puissiez vous en passer complètement sans effort, ne fumez pas plus que d’habitude avant la date prévue de l’intervention.

Documents

Veuillez apporter le jour de l’opération votre liste de médicaments, votre passeport d’allergie, votre carte d’anticoagulant, votre carte de porteur de stimulateur cardiaque, etc.

Temps d’attente éventuel

Nous vous sommes très reconnaissants de respecter scrupuleusement l’heure convenue. Si chez un médecin (chirurgien) ou un dentiste plusieurs interventions successives ont lieu le même jour, malheureusement cela peut entraîner des retards. Nous mettons tout en œuvre pour vous en informer à temps, afin que vous puissiez – si vous le souhaitez – passer de plus longues heures d’attente chez vous. Nous vous remercions de votre compréhension si un délai d’attente devait effectivement se produire.

Dernier entretien rapide

Au cabinet, votre médecin ou votre dentiste s’entretiendra encore brièvement avec vous si nécessaire afin de déterminer s’il reste des questions ou des incertitudes concernant l’intervention prévue.

Induction de l’anesthésie

Vous serez ensuite conduit(e) dans la salle de soins et prié(e) de vous installer aussi confortablement que possible sur la table d’opération ou le fauteuil dentaire. L’équipe d’anesthésie va maintenant vous préparer à l’anesthésie. Cela comprend :

  • Le collage de trois (à cinq) électrodes sur la région de la poitrine pour la surveillance cardiaque (électrocardiogramme)
  • Le placement d’un brassard de tension artérielle autour du haut du bras
  • La fixation d’un capteur de doigt pour la mesure de la saturation en oxygène dans le sang (oxymétrie de pouls)
  • La pose d’une canule de perfusion (comme accès veineux) dans une veine sur le dos de la main ou sur l’avant-bras.

Si vous recevez une anesthésie générale et que tout est prêt, nous allons maintenant vous injecter en succession rapide, via l’accès veineux, un analgésique puissant et un somnifère puissant, après quoi vous vous endormirez en peu de secondes. Concentrez-vous sur quelque chose de positif avant le début de l’anesthésie, vous rêverez peut-être de quelque chose d’agréable pendant la narcose. Immédiatement après l’induction de l’anesthésie, vous recevez en complèt un médicament contre les nausées post-anesthésiques.

Si vous recevez une anesthésie régionale au lieu d’une anesthésie générale, le médecin anesthésiste procède maintenant, après les préparatifs décrits ci-dessus, à la ponction nécessaire pour que la zone du corps souhaitée devienne insensible à la douleur. Pour ce faire, il utilise généralement un appareil à ultrasons qui permet de placer l’aiguille en toute sécurité et d’injecter l’anesthésique local de manière très ciblée.  

Pendant l’opération

Pendant toute la durée de l’anesthésie, l’équipe d’anesthésie vous surveille de près. Dans presque tous les cas, la respiration doit être assistée artificiellement pendant les anesthésies générales, mais vous ne le sentez pas. Des analgésiques vous sont administrés pendant l’intervention, de sorte que vous pouvez en général vous réveiller sans trop de douleurs. Les médicaments anesthésiques actuels sont très faciles à contrôler, ce qui fait que vous vous réveillez déjà peu de minutes après la fin de l’intervention. La durée principale d’action des anesthésiques locaux utilisés pour les anesthésies régionales est d’environ 1 à 6 heures, selon la préparation.

Après l'intervention

Surveillance après l’intervention (surveillance postopératoire)

Même lorsqu’elle est ambulatoire, chaque anesthésie est suivie d’une phase de réveil plus ou moins longue. Selon le type d’intervention réalisée, la durée du suivi postopératoire varie en général d’une demi-heure à quelques heures. Dès que vous êtes suffisamment éveillé et que vous vous sentez bien, vous pouvez en général boire et manger à nouveau.

Retour à maison

Si vous vous sentez bien récupéré, si vous n’avez ni douleur ni nausée et si vous pouvez marcher en toute sécurité, vous pouvez organisier le retour à maison. Veuillez rentrer directement chez vous. Nous vous recommandons de vous faire conduire dans une voiture privée et de ne pas utiliser de taxi ou les transports publiques. Il est indispensable dans tous les cas que vous soyez accompagné d’un adulte!

Comportement à la maison

A la maison, vous devriez avoir quelqu’un à portée de voix pendant quelques heures encore.

Nous vous donnerons des analgésiques afin que vous puissiez traiter vous-même les douleurs qui ne surviennent que plus tard.

Même si les complications lors d’interventions ambulatoires sont heureusement très rares, nous – et votre médecin ou dentiste – sommes toujours à votre disposition pour répondre à vos questions et vous aider par la suite !

Important: Les règles de comportement suivantes doivent être respectées:

  • Ne conduisez pas de véhicule ou n’utilisez pas de machines dangereuses pendant dans les 24 heures après l‘ intervention!
  • Ne buvez pas d’alcool pendant au moins 24 heures après l’intervention ou même pendant toute la période pendant laquelle vous devez prendre des analgésiques ou/et des antibiotiques.
  • Ne signez aucun contrat et n‘ apposez aucune signature juridiquement contraignante dans les 24 heures suivant l’intervention!
  • Respectez également les instructions de votre médecin ou de votre dentiste!
  • Pour votre sécurité, nous vous remettrons un document à emporter sur lequel figurent toutes les prescriptions importantes de médicaments, les règles de comportement pertinentes et les numéros de téléphone utiles.

Suivi postopératoire

Même après l‘ intervention, nous sommes toujours à votre disposition et vous pouvez nous joindre à tout moment! Quelques jours après l’intervention, l’anesthésiste vous appelle à nouveau pour s’enquérir personnellement de votre bien-être.

Évaluation

Nous nous réservons le droit d’évaluer les données sous forme anonymisée à des fins scientifiques et de contrôle de qualité.

 


 

Pour les patients

Enfants

Apprenez-en plus sur le déroulement complet de l'anesthésie chez les enfants. Pour ce faire, cliquez sur l'un des chapitres suivants.

Accompagnement

Une intervention chirurgicale ou un traitement dentaire est une expérience profonde pour les enfants de tout âge. Parfois, ils perdent l’équilibre et se comportent soudainement de manière très différente. L’environnement inhabituel, les nombreux visages inconnus sont intimidants. Beaucoup d’enfants craignent le traitement, ils ont peur de la douleur ou de la séparation de leurs parents. C’est pourquoi il est important qu’au moins un parent ou une personne proche accompagne l’enfant. Chez nous, vous pouvez toujours rester avec votre enfant jusqu’à ce qu’il s’endorme.

Emporter des jouets

Emportez des jouets familiers: l’ours en peluche, la poupée préférée ou un doudou. Ce n’est pas grave si ces objets sont vieux ou endommagés. L’essentiel est qu’ils donnent à votre enfant un sentiment de familiarité et de sécurité. Emportez éventuellement aussi un livre que vous pourrez lire à votre enfant en cas d’attente.

Que dois-je expliquer à mon enfant?

Parlez avec votre enfant du traitement à venir et de l’anesthésie et expliquez-lui ce qui l’attend. Une information adaptée à l’âge et à la situation de l’enfant aide à réduire l’anxiété et crée un climat de confiance et de sécurité. Il n’est pas toujours facile de trouver les mots justes, mais – même si cela part d’une bonne intention – ne racontez pas de bobards à votre enfant! Une règle générale utile est la suivante : ne rien enjoliver et ne pas dramatiser non plus, mais transmettre du calme et de la confiance. Essayez de répondre à toutes les questions de votre enfant en fonction de son âge. Faites-lui savoir que vous resterez à ses côtés jusqu’au début de l’intervention et que vous serez là de nouveau à la fin de celle-ci. Ayez confiance en nos compétences et notre expérience. Pour vous et votre enfant, l’intervention et l’anesthésie représentent une situation exceptionnelle, pour nous, c’est notre travail quotidien.

Informations pour les patients et questionnaire de santé

Dès que la date du traitement sera convenue, vous recevrez de notre part un e-mail ou, à titre exceptionnel, une lettre avec une brochure d’information pour le patient et un questionnaire de santé. Veuillez nous renvoyer le questionnaire de santé le plus rapidement possible. Vous pouvez le faire de trois manières:

  • Vous pouvez remplir le questionnaire directement en ligne. (Vous recevrez un lien personnel à cet effet.)
  • Vous pouvez imprimer le pdf envoyé par mail ou utiliser le formulaire envoyé par courrier. Après l’avoir rempli à la main, vous pouvez nous le retourner par mail (si possible sous forme de scan (pdf) et non de photo).
  • Si vous disposez de suffisamment de temps, vous pouvez également nous renvoyer le questionnaire que vous avez reçu par e-mail ou par courrier, après l’avoir rempli, par la poste à notre secrétariat.

Si, sur la base de vos réponses au questionnaire de santé, des investigations supplémentaires sont nécessaires pour votre enfant, nous prendrons immédiatement contact avec vous et éventuellement avec le pédiatre ou votre médecin de famille. Dans de très rares cas, la date prévue de l’intervention doit donc être reportée ou si les résultats complémentaires le nécessitent une opération en milieu hospitalier est inévitable.

Appel téléphonique la veille de l'intervention

Au plus tard la veille de l’opération, en général le soir, le médecin anesthésiste vous appelle personnellement. Dans le cadre de cet entretien, il discutera avec vous du déroulement de l’anesthésie de votre enfant. Chez les enfants, une anesthésie générale est généralement nécessaire, mais dans des situations exceptionnelles, une simple sédation peut suffire. Les principaux risques seront abordés et toutes vos questions seront traitées. L’objectif est que vous et votre enfant dormiez le mieux possible la nuit précédant l’intervention et que vous arriviez le lendemain au cabinet reposés et détendus.

Obligation de rester à jeune (heures de jeûne)
  • Il est important que votre enfant ne consomme pas d’aliments solides ou de boissons contenant du lait au moins six heures avant l’intervention.

  • Jusqu’à une heure avant l’intervention, les liquides clairs comme l’eau, le sirop ou le thé avec du sucre sont encore autorisés.

  • Dans l’heure qui précède l’intervention, votre enfant ne doit plus rien avaler du tout!

Médicaments

Si votre enfant doit prendre des médicaments, veuillez également les lui administrer comme d’habitude le jour de l’intervention. Les éventuelles exceptions seront définies lors de l’entretien téléphonique préalable.

Changements à court terme de l'état de santé

Nous vous prions en outre de nous communiquer à temps les éventuels changements de l’état de santé de votre enfant, par exemple, un rhume, une grippe ou une détérioration de l’état général.

Comportement le jour de l'intervention

Habillez votre enfant de vêtements confortables et emmenez-le aux toilettes juste avant le début de l’induction de l’anesthésie. Apportez des couches ou des vêtements de rechange, car occasionnellement  il peut arriver qu’un „petit malheur“ se produise pendant ou juste après l’anesthésie.

Induction de l'anesthésie
  • Normalement, nous renonçons aux médicaments de préparation (prémédications). Si, dans des cas exceptionnels, cela s’avère inévitable, nous pouvons administrer à votre enfant un peu de sirop ou un spray nasal contenant un médicament calmant avant l’intervention. Dans les 10 à 30 minutes qui suivent, l’enfant se détend et se fatigue généralement.

  • Chez les enfants, l’induction de l’anesthésie se fait généralement à l’aide d’un masque facial (induction par inhalation). L’enfant respire le médicament anesthésique gazeux avec de l’oxygène et s’endort en peu de secondes. Les enfants plus petits peuvent s’asseoir sur les genoux de leurs parents ou d‘ une autre personne proche pour l’induction de l’anesthésie.

  • Dès que l’enfant s’est endormi, vous pouvez quitter la salle de soins en sachant que nous surveillerons et prendrons soin de votre enfant en permanence.

  • Une canule de perfusion (comme accès veineux) est alors posée. (Dans de rares cas exceptionnels, cela doit être effectué avant l’induction de l’anesthésie.) Si possible cela se fait au niveau du dos d’une main ou de l’avant-bras, exceptionnellement au niveau d’un pied. Ensuite, l’enfant, déjà profondément endormi, est relié au moniteur de surveillance (électrocardiogramme, tension artérielle, saturation en oxygène du sang). Selon l’intervention prévue, on procède à la pose d’un masque laryngé ou à une intubation (introduction d’un tuyau respiratoire par la bouche ou le nez). Votre enfant ne sentira rien de tout cela! L’intervention peut ensuite commencer.
Pendant l'intervention

Pendant toute la durée de l’anesthésie, votre enfant est surveillé de près en permanence par l’équipe d’anesthésie. En règle générale, la respiration doit être assistée artificiellement pendant les anesthésies générales, mais votre enfant ne le sent pas. Des analgésiques sont administrés pendant l’opération, afin que votre enfant puisse se réveiller sans trop de douleurs.

Fin de l'anesthésie, retour à la maison

5 à 10 minutes après la fin de l’intervention, votre enfant se réveille et vous pouvez retourner auprès de lui. Le plus souvent, après 30 à 60 minutes supplémentaires, dès qu’il est suffisamment réveillé, sans douleur et sans nausées, vous pouvez rentrer avec lui à la maison. La sortie se fait toujours en compagnie d’un adulte. Pour le retour à la maison, utilisez de préférence des voitures privées et non de taxis ou les transports publics.

Comportement à la maison

Prévoyez de surveiller et d’encadrer votre enfant pendant le reste de la journée de l’intervention. Nous vous remettons des analgésiques pour votre enfant en cas de besoin, afin que vous puissiez traiter vous-même sans problème les douleurs qui ne surviennent que plus tard à la maison. Même si les complications sont heureusement très rares lors des interventions ambulatoires, nous – ainsi que votre médecin ou dentiste – restons à tout moment à votre disposition pour répondre à vos questions et vous aider par la suite. Pour votre sécurité, nous vous remettons un document sur lequel figurent toutes les prescriptions de médicaments importantes, les règles de comportement pertinentes et les numéros de téléphone utiles.

 


 

Pour les patients

Personnes atteintes d'un handicap

Apprenez-en plus sur le déroulement complet de l'anesthésie chez les personnes handicapées. Pour ce faire, cliquez sur l'un des chapitres ci-dessous.

Accompagnement

Une intervention chirurgicale ou un traitement dentaire peut être une source de stress importante pour les personnes atteintes d’un handicap. L’environnement inhabituel, les nombreux visages inconnus ont un effet intimidant. C’est pourquoi il est important qu’au moins une personne de confiance (par exemple un parent ou un soignant) accompagne le patient. Chez nous, vous pouvez rester avec lui jusqu’à ce qu’il s’endorme.

Prenez éventuellement avec vous des objets familiers (jouets, une peluche ou un doudou). Ce n’est pas grave si ces objets sont vieux et abîmés. L’essentiel est qu’ils donnent au patient un sentiment de familiarité et de sécurité.

Que dois-je expliquer au patient / à la patiente?

Si possible, parlez au patient du traitement et de l’anesthésie à venir et expliquez-lui à quoi s’attendre. Des informations adaptées à la compréhension et à la situation permettent de réduire les craintes et créent un sentiment de confiance et de sécurité.

Informations pour les patients et questionnaire de santé

Dès que la date du traitement sera convenue, vous recevrez de notre part un e-mail ou, à titre exceptionnel, une lettre avec une brochure d’information pour le patient et un questionnaire de santé. Veuillez nous renvoyer le questionnaire de santé le plus rapidement possible. Vous pouvez le faire de trois manières:

  • Vous pouvez remplir le questionnaire directement en ligne. (Vous recevrez un lien personnel à cet effet.)
  • Vous pouvez imprimer le pdf envoyé par mail ou utiliser le formulaire envoyé par courrier. Après l’avoir rempli à la main, vous pouvez nous le retourner par mail (si possible sous forme de scan (pdf) et non de photo).
  • Si vous disposez de suffisamment de temps, vous pouvez également nous renvoyer le questionnaire que vous avez reçu par e-mail ou par courrier, après l’avoir rempli, par la poste à notre secrétariat.

Si, sur la base de vos réponses au questionnaire de santé, des investigations supplémentaires sont nécessaires pour le patient, nous prendrons immédiatement contact avec vous et éventuellement avec le médecin de famille. Dans de très rares cas, la date prévue de l’intervention doit donc être reportée ou si les résultats complémentaires le nécessitent une opération en milieu hospitalier est inévitable.

Appel téléphonique la veille de l'intervention

Au plus tard la veille de l’opération, en général le soir, l’anesthésiste personnellement vous appelle ou appelle l’équipe d’assistance au domicile du patient. Au cours de cet entretien, il vous expliquera le déroulement de l’anesthésie. Pour les personnes atteintes d‘ un handicap, une anesthésie générale est généralement nécessaire. Les principaux risques seront abordés et toutes vos questions seront traitées.

Obligation de rester à jeune (heures de jeûne)
  • Il est important que le patient ne consomme pas d’aliments solides ou de boissons contenant du lait au moins six heures avant l’intervention.

  • Jusqu’à une heure avant l’intervention, les liquides clairs comme l’eau, le sirop, le thé sucré ou le café noir sucré sont encore autorisés.

  • Dans l’heure qui précède l’intervention, le patient ne doit plus rien avaler du tout!

Médicaments

Si le patient doit prendre des médicaments, veuillez les lui administrer comme d’habitude le jour de l’intervention. Les éventuelles exceptions seront définies lors de l’entretien téléphonique préalable.

Si (dans de rares cas) des médicaments préparatoires calmants (prémédications) sont nécessaires et quand ils doivent être administrés, nous en discutons au cas par cas avec vous ou l’équipe soignante du patient.

Changements à court terme de l'état de santé

Nous vous prions de nous communiquer à temps les éventuels changements de l’état de santé du patient. Par exemple, un rhume, une grippe, de nouveaux médicaments ou une détérioration de l’état de santé général.

Comportement le jour de l'intervention

Habillez le patient de vêtements confortables et, si possible, emmenez-le aux toilettes juste avant le début de l’induction de l’anesthésie.

Induction de l'anesthésie Chez les personnes atteintes d‘ un handicap, l’induction de l’anesthésie se fait soit par un masque facial (induction par inhalation) , soit par une voie veineuse, en fonction de leur capacité de coopération. Le raccordement au moniteur de surveillance (électrocardiogramme, tension artérielle, saturation en oxygène dans le sang) se fait, selon la situation, avant ou seulement après que le patient se soit endormi. Vous pouvez maintenant quitter la salle de soins et compter sur nous pour surveiller le patient en permanence. Selon l’intervention prévue, on procède à la pose d’un masque laryngé ou à une intubation (introduction d’un tuyau respiratoire par la bouche ou le nez).  Le patient ne ressent toutefois rien de tout cela. L’opération peut ensuite commencer Pendant l'intervention

Pendant toute la durée de l’anesthésie, le patient est surveillé sans faille par l’équipe d’anesthésie. En règle générale, la respiration doit être assistée artificiellement pendant les anesthésies générales, mais le patient ne le sent pas. Des analgésiques sont administrés pendant l’intervention, ce qui lui permet de se réveiller sans trop de douleurs.

Fin de l'anesthésie, retour à la maison

5 à 10 minutes après la fin de l’intervention, le patient se réveille et vous pouvez retourner auprès de lui. Le plus souvent, après 30 à 60 minutes supplémentaires, dès qu’il est suffisamment réveillé, sans douleur et sans nausées, vous pouvez rentrer avec lui à la maison. La sortie se fait toujours en compagnie d’un adulte. Pour le retour à la maison, utilisez de préférence des voitures privées (éventuellement spécialement adaptées aux patients en fauteuil roulant) et non de taxis ou les transports publics.

Comportement à la maison

Prévoyez de devoir surveiller et encadrer spécialement le patient pendant le reste de la journée d’intervention et, le cas échéant, pendant la nuit suivante. Nous vous remettrons des analgésiques en cas de besoin, afin que vous puissiez traiter vous-même sans problème les douleurs qui ne surviennent que plus tard à la maison.

Même si les complications lors d’interventions ambulatoires sont heureusement très rares, même pour les personnes handicapées, nous – et votre médecin ou dentiste – sommes toujours à votre disposition pour répondre à vos questions et vous aider par la suite. Pour votre sécurité, nous vous remettons un document à sur lequel figurent toutes les prescriptions de médicaments importantes, les règles de comportement pertinetes et les numéros de téléphone utiles.

 


 

Pour les patients

Questionnaire de santé

Évaluation des risques

Outre la complexité de l'intervention et l'expérience des médecins impliqués, l'état de santé du patient est un facteur essentiel pour le risque anesthésique, dont font partie par exemple :

  • Âge du patient
  • Habitudes de vie du patient (par exemple, consommation de tabac, d'alcool ou de drogues)
  • État sanitaire du patient
  • Présence et gravité de maladies préexistantes ou concomitantes

Dans la mesure du possible, vous devez donc remplir un questionnaire de santé avant chaque anesthésie et nous le renvoyer. Vous le recevrez accompagné d'une brochure d'information pour les patients quelques jours (voire quelques semaines) avant le traitement prévu, par e-mail (ou, à titre exceptionnel, par courrier).

Vos informations nous serviront à planifier votre anesthésie de manière optimale.

Examens supplémentaires

Si, sur la base de vos réponses au questionnaire de santé, des investigations supplémentaires s'avèrent nécessaires, nous prendrons immédiatement contact avec vous et éventuellement votre médecin de famille. Dans de très rares cas, la date prévue de l’intervention doit donc être reportée ou si les résultats complémentaires le nécessitent une opération en milieu hospitalier est inévitable.

Renvoi du questionnaire

Vous pouvez le faire de trois manières:

  • Vous pouvez remplir le questionnaire directement en ligne. (Vous recevrez un lien personnel à cet effet.)
  • Vous pouvez imprimer le pdf envoyé par mail ou utiliser le formulaire envoyé par courrier. Après l’avoir rempli à la main, vous pouvez nous le retourner par mail (si possible sous forme de scan (pdf) et non de photo).
  • Si vous disposez de suffisamment de temps, vous pouvez également nous renvoyer le questionnaire que vous avez reçu par e-mail ou par courrier, après l’avoir rempli, par la poste à notre secrétariat.
Si, exceptionnellement, vous n’avez pas du tout le temps de le faire, apportez-le rempli lors de votre traitement.

 


 

Pour les patients

Frais d'anesthésie

Facture d'honoraires

Une fois le traitement terminé, nous vous enverrons notre facture d’honoraires. Celle-ci comprend toutes nos prestations, c’est-à-dire les honoraires du médecin anesthésiste, le salaire de l’infirmière anesthésiste, tous les médicaments utilisés ainsi que le matériel médical utilisé. La facturation et l’encaissement de nos factures d’honoraires sont effectués par la Caisse des médecins de Berne.

Lorsque nous envoyons notre facture directement à une assurance (tiers payant), vous recevez toujours une copie de la facture, conformément aux prescriptions. Si cela ne fonctionne pas, veuillez nous contacter.

Paiement par la caisse d'assurance maladie

Si la caisse d’assurance maladie prend en charge les frais d’anesthésie, nous envoyons si possible notre facture directement à la caisse d’assurance maladie. Si cela n’est pas possible d’un point de vue administratif, vous recevrez vous-même la facture. Comme c’est généralement le cas pour les autres factures médicales, vous devez alors la payer et pouvez ensuite envoyer le justificatif de demande de remboursement à votre caisse maladie.

Paiement par l'assurance-accidents, l'assurance-invalidité ou l'assurance militaire

Si la facture est à la charge de l’assurance-accidents, de l’assurance-invalidité ou de l’assurance militaire, nous l’envoyons toujours directement à l’organisme payeur concerné.

Cas de doute

En cas de doute, nous vous serions très reconnaissants si vous ou votre médecin ou dentiste vous renseigniez à temps – impérativement avant la date de l’intervention ! – auprès de votre assurance pour savoir si et dans quelle mesure les frais d’anesthésie sont pris en charge. En cas de problème avec une facture, veuillez contacter notre secrétariat.

Autopayeur

Si aucune assurance ne prend en charge les frais d’anesthésie (ce qui est souvent le cas pour les interventions de chirurgie esthétique et les traitements dentaires), vous devez les payer vous-même. Pour les patients qui paient eux-mêmes, nous effectuons un contrôle de solvabilité avant l’opération et nous nous permettons, au cas par cas, de demander un paiement anticipé des frais d’anesthésie attendus.

Patients pris en charge

Les patients pris en charge par des services sociaux ou des institutions similaires doivent se renseigner à temps – en tous cas avant la date prévue de l’intervention! – se renseigner auprès de leur organisme de prise en charge pour savoir s’ils paieront les frais d’anesthésie pour une intervention élective prévue ou pour des soins dentaires s’ils ne sont pas couverts par une assurance.

Pour les factures d’anesthésie pour des traitements dentaires pris en charge par des institutions sociales (services sociaux, fondation, etc.), nous appliquons le tarif de l’Association des médecins-dentistes cantonaux de Suisse (AMDCS).

 


 

Pour les patients

FAQ – Questions et réponses

Pourquoi dois-je me faire soigner en ambulatoire?

De nombreuses interventions chirurgicales peuvent aujourd’hui être réalisées en ambulatoire dans une salle d’opération du cabinet. Cela présente plusieurs avantages par rapport à une opération stationnaire à l’hôpital. Vous ne quittez votre environnement familial que pour quelques heures le jour de l’opération. Les examens préliminaires et le suivi se font dans le cabinet de votre médecin-conseil et du spécialiste qui vous a opéré. Cela permet généralement d’éviter de changer plusieurs fois de médecin traitant, comme c’est souvent le cas à l’hôpital. La vue générale et le contrôle de l’ensemble du traitement restent ainsi toujours entre les mêmes mains. Contrairement à l’hôpital (public), vous pouvez être sûr d’être opéré personnellement par le spécialiste que vous avez choisi.

Est-il possible que je me réveille pendant l'intervention?

Oui, c’est théoriquement possible dans de très rares cas. Toutefois, pour les interventions de petite et moyenne envergure, telles que celles efectuées en ambulatoire, cela est extrêmement improbable. En effet, la profondeur de l’anesthésie est également surveillée en permanence par l’équipe d’anesthésie pendant toute la durée de l’intervention.

Est-il possible que je ne me réveille plus de l'anesthésie?

Grâce aux appareils de surveillance et aux médicaments modernes, les anesthésies générales sont aujourd’hui plus sûres que jamais. C’est pourquoi le risque de complications pendant l’anesthésie est très faible pour les patients en bonne santé et dont les capacités physiques sont normales. ((Voir la section Risques et effets secondaires de l’anesthésie.)

Pourquoi arrive-t-il que j'aie froid après une anesthésie?

Les tremblements dus au froid (en anglais „shivering“) peuvent survenir après une anesthésie générale, rarement après une anesthésie régionale, et peuvent être subjectivement ressentis comme très désagréables. Même si différentes mesures (couvertures et tapis chauffants, perfusions chauffées) sont prises pour éviter ce phénomène, le corps peut se refroidir lentement pendant les interventions de plus longue durée, car la régulation de la température est temporairement affectée par l’anesthésie. Afin de retrouver le plus rapidement possible la température corporelle normale après le fin de l’anesthésie, un tremblement des muscles est déclenché, car le corps utilise leur „chaleur perdue“ pour se réchauffer. En règle générale, le tremblement dû au froid ne dure pas très longtemps et il peut éventuellement être largement supprimé par un médicament spécial.

Quel est le risque de nausées ou de vomissements après l'anesthésie?

Les nausées et vomissements postopératoires (en anglais „Postoperative Nausea and Vomiting“, PONV) sont un effet secondaire généralement bénin, mais subjectivement désagréable, des anesthésies générales, plus rarement des anesthésies régionales. Il survient sans mesures préventives (prophylaxie) chez environ 20 % des patients, et un peu plus fréquemment chez les enfants.

Les facteurs de risques connus pour les PONV sont par exemple:

  • PONV en cas d’anesthésies antérieures,
  • Être de sexe féminin,
  • Être non-fumeur,
  • Une tendance au mal des transports (kinétose).

Cependant, nous administrons généralement une prophylaxie médicamenteuse lors de l’induction de l’anesthésie, ce qui réduit considérablement la probabilité de survenue de PONV.

Si des nausées et des vomissements devaient malgré tout survenir, ils peuvent aujourd’hui être bien traités dans la grande majorité des cas avec des médicaments spéciaux.

Que dois-je apporter pour l'intervention? À quoi dois-je faire attention?
  • Veuillez porter des vêtements amples et confortables pour le retour à la maison, car selon l’intervention il est possible que vous deviez porter un bandage ou une attelle.
  • Aidez-nous à maintenir des conditions d’opération irréprochables sur le plan de l’hygiène.
  • Veillez s’il vous plaît prendre une douche le matin du jour de l’opération et porter des sous-vêtements propres.
  • Notre travail sera facilité si vous n’appliquez pas de maquillage et de vernis à ongles le jour de l’opération
  • En cas d’opération de la main ou du pied, coupez vos ongles et nettoyez-les dans un bain de savon.
  • Les piercings au niveau du visage et, selon l’intervention, à d’autres endroits du corps doivent être retirés en raison du risque de blessure (brûlure en cas d’utilisation de courant électrique, par exemple pour arrêter les saignements) ou de perte éventuelle. Parlez-en à votre anesthésiste.
  • Si vous avez besoin de vos prothèses dentaires ou appareils auditifs, utilisez-les comme d’habitude. Ils doivent être retirés, si tant est qu’ils le soient, que juste avant l’induction de l’anesthésie.
  • Si une anesthésie générale est prévue, vous devez porter des lunettes au lieu de lentilles de contact.
  • Veuillez organiser à temps votre transport de retour après l’intervention. Vous ne serez pas en état de conduire et vous aurez besoin d’un accompagnateur adulte pour vous ramener à la maison. Faites-vous conduire dans une voiture privée et, si possible, n’utilisez pas de taxis ou les transports publics.
  • Il est également important qu’une personne soit disponible à la maison pour rester avec vous pendant les premières heures et, idéalement, pendant la nuit.
  • Si votre enfant est opéré, n’hésitez pas à prendre sa peluche préférée ou son doudou et éventuellement emportez aussi un livre que vous pourrez lire à votre enfant en cas d’attente.
Pourquoi ne puis-je rien manger ni boire avant l'intervention?

Les médicaments utilisés pour les anesthésies générales suppriment non seulement la conscience et la sensation de douleur, mais aussi les réflexes de protection (par exemple réflexe de déglutition et de toux). Il existe donc un risque, surtout en début et fin de l’anesthésie, de provoquer ce que l’on appelle une aspiration (pénétration du contenu de l’estomac dans la trachée) en cas de vomissement. Cette complication est en soi très rare, mais elle peut dans certains cas avoir des conséquences graves (pneumonie, défaillance pulmonaire pouvant entraîner la mort).

Pour que votre estomac soit vide au moment de l’induction de l’anesthésie, vous ne devez:

  • ne plus rien manger ni boire de lait dans les 6 heures précédant l’intervention,

  • ne plus consommer de liquides clairs dans l’heure qui précède l’intervention.

Ces heures de jeûne sont également valables pour les interventions prévues sous anesthésie régionale, car on ne peut jamais exclure avec certitude qu’une anesthésie générale ne soit pas soudain nécessaire.

À qui puis-je m'adresser en cas de problèmes après l'intervention?

Votre anesthésiste est toujours à votre disposition après l’intervention. Contactez-le si vous ressentez des douleurs que vous ne parvenez pas à maîtriser malgré les médicaments qui vous ont été donnés ou si d’autres symptômes qui pourraient être liés à l’anesthésie devaient apparaître, par exemple des nausées persistantes et des vomissements répétés. En cas de problèmes dans la région opératoire, par exemple des saignements ou des signes d’infection, il est recommandé de contacter d’abord le spécialiste qui a opéré. Si, exceptionnellement, celui-ci n’est pas joignable dans un délai raisonnable, vous pouvez également nous appeler. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous aider.

Puis-je parler à mon médecin anesthésiste avant l'intervention?

Oui, en général, votre médecin anesthésiste vous appelle personnellement la veille de l’intervention pour discuter avec vous de l’anesthésie prévue et répondre à vos questions. Si, exceptionnellement, des examens complémentaires ou des traitements préalables sont nécessaires sur la base du questionnaire de santé que vous avez rempli, nous vous contacterons plus tôt pour discuter de la suite de la procédure.

Dans certains cas particuliers, votre médecin anesthésiste peut juger nécessaire de vous examiner personnellement avant une anesthésie imminente. Nous conviendrons alors avec vous d’une date de consultation.

Puis-je prendre mes médicaments le jour de l'intervention?

En règle générale, tous les médicaments prescrits doivent être pris comme d’habitude le jour de l’opération. Les exceptions, par exemple en cas de médicaments anticoagulants, sont discutées au préalable avec votre chirurgien ou, le cas échéant, avec votre anesthésiste.

Puis-je être opéré(e) même si je suis enrhumé(e)?

Si nécessaire, il est possible d‘ effectuer une intervention sous anesthésie même si vous avez un léger rhume. Toutefois, cela n’est plus possible en cas d’altération prononcée de l’état général et au plus tard en cas d’apparition de fièvre et de symptômes grippaux. Si vous présentez de tels symptômes, contactez-nous afin que nous puissions vous conseiller individuellement.

Quand puis-je quitter le cabinet/la clinique?

En règle générale, vous pouvez espérer rentrer chez accompagné d’un adulte au bout d’une demi-heure à peu heures après l’anesthésie. La condition préalable à la sortie est que vous soyez relativement indolore, que vous n’ayez pas de vertiges, que vous ne ressentiez pas de nausées et que vous vous sentiez bien dans l’ensemble.

Puis-je rentrer moi-même chez moi en voiture/bus/train après l'intervention si je me sens en forme?

Non. Pour des raisons de sécurité et d’assurance vous ne pouvez pas conduire pendant 24 heures après l’anesthésie, même si vous vous sentez subjectivement capable de le faire. Dans la mesure du possible, il est plus sûr et plus confortable que quelqu’un vous ramène chez vous en voiture privée. Nous déconseillons également l’utilisation de taxis ou de transports publics pour le retour.

Comment préparer mon enfant à l'intervention à venir?

Une intervention chirurgicale ou un traitement dentaire est une expérience profonde pour les enfants de tout âge. Parfois, ils perdent l’équilibre et se comportent soudainement de manière très différente. L’environnement inhabituel et les nombreux visages inconnus sont intimidants. Beaucoup d’enfants craignent le traitement, ils ont peur de la douleur ou de la séparation de leurs parents. C’est pourquoi il est important qu’au moins un parent ou une personne proche accompagne l’enfant. Chez nous dans tous les cas, vous pouvez rester avec votre enfant jusqu’à ce qu’il s’endorme.

Prenez avec vous des jouets familiers, l’ours en peluche, la poupée préférée ou son doudou. Peu importe s’ils sont vieux et abîmés. L’essentiel est qu’ils donnent à votre enfant un sentiment de familiarité et de sécurité. Emportez peut-être aussi un livre que vous pourrez lire à votre enfant en cas où il y aurait un temps d’attente.

Parlez avec votre enfant du traitement à venir et de l’anesthésie et expliquez-lui ce qui l’attend. Une information adaptée à l’âge et à la situation de l’enfant contribue à réduire la peur et crée un sentiment de confiance et de sécurité. Il n’est pas toujours facile de trouver les mots justes, mais – même si cela part d’une bonne intention – ne lui racontez pas de bobards! Une règle générale utile est de ne rien enjoliver, mais de ne pas dramatiser non plus, de transmettre calme et confiance. Essayez de répondre à toutes les questions de votre enfant en fonction de son âge. Faites-lui savoir que vous resterez à ses côtés jusqu’au début de l’intervention et que vous serez là de nouveau à la fin de celle-ci. Ayez confiance en nos compétences et notre expérience. Pour vous et votre enfant, l’intervention et l’anesthésie représentent une situation exceptionnelle, pour nous, c’est notre travail quotidien. Pour en savoir plus: Informations complémentaires.

Aurias-je mal après l'intervention?

La perception de la douleur est très différente d’une personne à l’autre, de plus, il n’est effectivement pas toujours possible d’éviter totalement les douleurs après une opération. Des analgésiques appropriés permettent toutefois de les réduire à un niveau supportable. Dès la fin de l’intervention, donc encore durant l’anesthésie, des analgésiques vous sont généralement administrés par voie intraveineuse, de sorte que vous devriez, dans la mesure du possible, vous réveiller pratiquement sans douleur. La période de surveillance qui suit l’opération sert entre autres à améliorer encore le traitement de la douleur si nécessaire. On vous remettra des analgésiques appropriés pour votre domicile et on vous expliquera en détail comment les prendre. Ainsi, dans la plupart des cas, vous parviendrez à traiter la douleur de manière satisfaisante.

Quand puis-je à nouveau manger et boire après l' intervention?

Normalement, vous pourrez boire un peu après le réveil complet de l’anesthésie et, si vous le supportez bien, vous pourrez bientôt reprendre des aliments solides.

Je ne suis plus le plus jeune, suis-je trop vieux pour une anesthésie ambulatoire?

Il n’y a pas de limite d’âge pour une intervention ambulatoire sous anesthésie. Ce qui est déterminant, c’est votre forme et votre résistance physique, le genre et la gravité d’éventuelles maladies préexistantes ou concomitantes ainsi que le type d’intervention à venir. Si le médecin anesthésiste estime que des examens ou des traitements préalables supplémentaires sont nécessaires, il vous contactera immédiatement pour discuter de la marche à suivre. Dans quelques cas particuliers, votre anesthésiste peut estimer nécessaire de vous examiner personnellement avant une anesthésie imminente. Nous conviendrons alors avec vous d’une date de consultation.

Pourquoi ai-je besoin d'un accompagnateur pour rentrer chez moi?

Après une intervention sous anesthésie, vous n’êtes ni en état de travailler ni en état de conduire pendant les 24 premières heures, en raison des effets résiduels possibles des médicaments (anesthésiques) et de l’état général éventuellement encore un peu altéré. Une participation autonome à la circulation routière est donc interdite. En cas d’accident, vous serez jugé de la même manière que si vous conduisiez en état d’ébriété! Nous vous recommandons donc vivement de vous faire raccompagner chez vous en voiture privée et, pour la même raison, nous vous déconseillons clairement d’utiliser les taxis ou les transports publics, surtout sans l accompagnant d‘ une personne adulte.

Il est égalmenet risqué d’utiliser des machines dangereuses pendant cette période.

En outre, il est déconseillé de signer des documents importants ou d’apposer une signature juridiquement contraignante pendant cette période.

Qu'en est-il du tabagisme avant et après l'anesthésie?

En soi, comme vous le savez certainement, le tabagisme est dangereux pour la santé. Outre l’exposition des poumons à la fumée de cigarette (particules de goudron, etc.), fumer produit du monoxyde de carbone qui chasse l’oxygène des globules rouges. Cela réduit dans une certaine mesure la capacité du corps à absorber et à transporter l’oxygène. Cette réduction peut entraîner une diminution de l’apport d’oxygène aux tissus et, par conséquent, des troubles de la cicatrisation et des infections de plaies. En outre, la nicotine stimule la production de sucs gastriques. Ainsi, même en ayant respecté les heures de jeûne, il peut y avoir une accumulation importante de sécrétions gastriques et donc un risque accru de complications lors de l’induction de l’anesthésie.

Il faut opposer à ces effets nocifs du tabac la possible augmentation de la nervosité et les „symptômes de sevrage“ si vous essayez de renoncer à la cigarette. C’est pourquoi, pour des raisons pragmatiques et s’il n’est pas possible de faire autrement, nous vous autorisons malgré tout à fumer dans la mesure habituelle (pas plus!) avant une intervention sous anesthésie.

Qu'en est-il de la consommation d'alcool avant et après une anesthésie?

Rien ne s’oppose à une bière ou à un verre de vin la veille d’une anesthésie, surtout si cela vous aide à vous détendre et à bien dormir (objectif : alcool résiduel dans le sang égal à zéro le matin du jour de l’opération). Le moment à partir duquel vous pouvez raisonnablement consommer à nouveau de l’alcool de temps en temps après l’intervention dépend de différents facteurs. Il est ainsi recommandé de ne pas combiner des analgésiques puissants et des antibiotiques avec de l’alcool.

Si vous consommez régulièrement de l’alcool, nous vous prions de nous en faire part afin que nous puissions adapter notre concept d’anesthésie. La consommation chronique d’alcool est un facteur de risque pour les anesthésies.

Qu'en est-il de la consommation de drogues avant et après les anesthésies?

Dans la mesure du possible, renoncez à la prise de toute drogue avant et après l’anesthésie. Si vous êtes dépendant et que cela n’est pas faisable, veuillez nous en informer afin que nous puissions adapter notre concept d’anesthésie. La consommation chronique de drogues est un facteur de risque pour les anesthésies.

 


 

Pour les patients

Vocabulaire anesthésique

 


 

 


 

Pour les médecins

Anesthésie ambulatoire

L'Ärztegemeinschaft für Praxis-Anästhesie est spécialisée dans la réalisation d'anesthésies pour les interventions ambulatoires dans les cabinets médicaux et dentaires. Grâce à notre savoir-faire et aux anesthésiques modernes et à courte durée d'action, il est possible d'adapter individuellement et sur mesure les procédures d'anesthésie générale et régionale à chaque situation.

Grâce à une formation continue complète et à de nombreuses années d'activité en tant que médecins cadres dans des hôpitaux, nos anesthésistes sont parfaitement familiarisés avec l'ensemble des procédures et techniques anesthésiologiques et maîtrisent également le traitement d'éventuelles complications spécifiques.

Pour les interventions ambulatoires avec anesthésie, ce sont principalement les patients des classes de risque ASA I et II (exceptionnellement III) qui entrent en ligne de compte, ainsi que les enfants (à partir de 2 ans) et les personnes souffrant de handicaps.

Nous vous garantissons un service hautement professionnel. Toutes les procédures que nous appliquons sont conformes aux normes de sécurité et de qualité en vigueur de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM).

Offre pour les médecins pratiquant la chirurgie et dentistes

Spécialités chirurgicales

Les interventions ambulatoires sous anesthésie sont envisageables dans pratiquement toutes les spécialités chirurgicales:

  • Chirurgie générale
  • Chirurgie de la main
  • Chirurgie plastique et esthétique
  • Orthopédie
  • Gynécologie
  • Urologie
  • Ophtalmologie
  • Dermatologie
Diagnostics interventionnels

Lors d’interventions dans des disciplines de médecine interne et de diagnostic, il est souvent nécessaire de recourir au moins à une analgosédation avec surveillance anesthésiologique :

  • Gastroentérologie
  • Cardiologie
  • Radiologie
Médecine dentaire / chirurgie maxillo-faciale

 

En médecine dentaire, en chirurgie dentaire et en chirurgie maxillo-faciale, les avantages d’un traitement sous anesthésie sont évidents, surtout pour les enfants et les personnes souffrant de handicaps, mais aussi pour les patients anxieux.

Équipement et équipe

Pour nos interventions, nous apportons généralement notre propre équipement (technique médicale, matériels médicaux et médicaments).

Nos équipes sont toujours composées d’un médecin anesthésiste expérimenté et d’un(e) infirmier/ère spécialisé(e) en anesthésie ou en soins intensifs tout aussi expérimenté.

Choix de la méthode d'anesthésie

Nous choisissons la méthode d’anesthésie adéquate cas par cas. Cela dépend d’une part du type d’intervention, d’autre part des besoins personnels de votre patient et des circonstances médicales.

Évaluation de l'opérabilité anesthésiologique

Nous nous chargeons du bilan d’opérabilité anesthésiologique ainsi que de la surveillance et de la prise en charge de vos patients pendant toute la durée de leur séjour dans votre cabinet, afin que vous puissiez vous concentrer pleinement sur l’intervention que vous avez prévue.

N'hésitez pas à nous contacter! Nous nous réjouissons de travailler avec vous et l'équipe de votre cabinet!

 


 

Pour les médecins

Remplacements en clinique et à l'hôpital

Nous effectuons volontiers des remplacements dans votre clinique ou votre hôpital. Nos anesthésistes expérimentés couvrent tout le spectre des anesthésies pour les soins chirurgicaux de base élargis.

En première ligne nous offrons des engagements journaliers dans le cadre de programmes d'opérations planifiés. En cas d'engagements de plus longue durée et ayant reçu une mis au courant spécifique des gardes de nuit et de weekend sont également possibles.

N'hésitez pas à nous contacter!

 


 

Pour les médecins

Soins aux patients

Nous attachons la plus grande importance à une prise en charge anesthésiologique individuelle et complète de vos patients!

Informations aux patients

Dès que vous nous avez annoncé un patient, nous lui envoyons, si possible par e-mail, sinon par courrier, une brochure d‘ information claire et instructive. De plus, les patients intéressés trouveront sur notre site Internet une offre d’informations complète sur tous les aspects de l’anesthésie ambulatoire.

En général, l’anesthésiste responsable appelle personnellement le patient à son domicile la veille de la date prévue pour l’opération et discute avec lui de la procédure prévue, explique les risques spécifiques et répond à ses questions. Les souhaits du patient sont pris en compte dans la mesure du possible !

Si nécessaire ou si le patient le souhaite, la consultation pré-anesthésique et l’examen anesthésiologique sont effectués lors d’une consultation d’anesthésie.

Évaluation anesthésiologique préopératoire

En plus de la brochure d’information concernant l’anesthésie, le patient reçoit également un questionnaire de santé qu’il doit nous retourner immédiatement rempli. Ces informations nous servent à effectuer une première évaluation préanesthésique sommaire des risques.

Les examens préopératoires de routine (laboratoire, ECG au repos, radiographie du thorax, etc.) ne sont généralement pas indiqués du point de vue anesthésiologique dans le cadre d’une prise en charge ambulatoire. Si, sur la base des réponses au questionnaire de santé, des examens ou des traitements préalables supplémentaires sont exceptionnellement nécessaires, nous prenons immédiatement contact avec le patient, vous-même et, le cas échéant, le médecin de famille, afin de convenir de la marche à suivre. Les situations possibles qui peuvent conditionner cela sont par exemple (liste incomplète) :

  • Infarctus du myocarde ou angine de poitrine instable au cours des 6 derniers mois
  • COPD / asthme avec dyspnée sévère de l’effort, apnée du sommeil
  • Diabète (mal contrôlé)
  • Maladie rénale ou hépatique connue
  • État après transplantation d’organe, immunosuppression
  • Problèmes graves lors d’anesthésies antérieures

Dans de très rares cas isolés, il peut arriver, dans de telles situations, qu’une date d’opération doive être légèrement reportée ou, plus rarement encore, que nous devions refuser de réaliser une anesthésie ambulatoire.

 

Obligation d’être à jeun / horaire du jeûne

Le jour de l’intervention, le patient doit strictement respecter les heures de jeûne suivantes avant l’induction de l’anesthésie :

  • 6 heures pour les aliments solides et les boissons contenant du lait
  • 1 heure pour les liquides clairs comme l’eau, le sirop, le thé ou le café noir (avec sucre ad libitum)
Médication préexistante

En règle générale, les médicaments prescrits précédemment doivent être pris comme d’habitude, même le jour de l’intervention. Le régime périopératoire en rapport avec les anticoagulants sera déterminé par vous en temps voulu. Nous discutons d’éventuelles autres exceptions (par exeample les antidiabétiques) avec le patient dans le cadre de notre entretien téléphonique de préparation.

Anesthésie

Sachant qu’il s’agit, outre la compétence professionnelle et l’expérience, de la condition la plus importante pour réaliser toute anesthésie en sécurité, nos équipes mettent tout en œuvre pour prendre en charge vos patients le jour de l’intervention avec empathie et compétence, dans une atmosphère calme et détendue! L’induction de l’anesthésie prend en général 15 à 20 minutes. D‘ habitude, l’anesthésie se termine 5 à 10 minutes après la fin de l’intervention. Ensuite la surveillance du patient doit encore continuer durant 30 à 60 minutes, de préférence dans une pièce séparée.

Retour à la maison

Dès que le patient se sent bien, que ses fonctions vitales sont stables, qu’il ne ressent plus de douleurs excessives et qu’il n’a pas ou plus de nausées, il peut être renvoyé chez lui. L’accompagnement par un adulte est obligatoire. La conduite autonome d’un véhicule est strictement interdite, de même que l’utilisation de taxis ou de transports publiques sans accompagnement est fortement déconseillée. A la maison, le patient ne doit pas être laissé seul les premières heures suivant l’intervention.

Nous remettons aux patients une feuille d’information contenant les points les plus importants pour les 24 heures suivant l’intervention. Celle-ci contient :

  • Les ordonnances concernant la prise de médicaments
  • Les indications concernant à la conduite de véhicules, etc.
  • Notre(nos) numéro(s) de téléphone
Suivi postopératoire

Même après l’intervention, nous sommes toujours disponibles pour vos patients!

Quelques jours après l’intervention, le médecin anesthésiste appelle à nouveau ses patients pour s’enquérir personnellement de leur bien-être.

 


 

Pour les médecins

Conditions préalables

Nous nous adaptons de manière flexible à l'espace disponible de votre cabinet et apportons nous-mêmes tout notre équipement d'anesthésiologie. Cet équipement comprend les appareils d'anesthésie, les  matériels médicaux, les médicaments ainsi que des équipements d'urgence et répond à toutes les normes de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM).

Dans des situations particulières, nous travaillons volontiers avec des appareils d'anesthésie déjà sur place, pour autant qu'ils répondent aux exigences de qualité actuelles et soient entretenus conformément aux prescriptions.

Dans le cadre d'une collaboration régulière et étroite, nous envisageons éventuellement de mettre à disposition nous-mêmes un poste de travail d'anesthésie "fixe" dans la salle d'opération de votre cabinet.

Salle d’opération /intervention

Dans la salle d'intervention, nous avons besoin d'environ 2 à 3 mètres carrés de surface au sol, le plus près possible de la table d'opération, de la table de soins ou du fauteuil dentaire, ainsi que d'une source de courant pour placer nos appareils d'anesthésie. Ceux-ci doivent pouvoir être installés de manière stable et être librement accessibles à tout moment. De même, l'accès rapide au patient doit être garanti de tous les côtés.

Aménagement

Conformément aux normes de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM) et aux directives pour la reconnaissance des salles d'opération de cabinet médical, les installations suivantes sont également requises :

  • Courant de secours (est généralement garanti par les accumulateurs de nos appareils)

  • Extincteur

  • Accès direct (large escalier, ascenseur) pour l'évacuation éventuelle d'un patient couché sur un brancard

Salle de réveil

Il est plus agréable pour le patient de ne pas devoir rester dans la salle d'intervention pour la phase de réveil postopératoire. De plus cela n'est souvent pas du tout possible pour des raisons organisatrices. C'est pourquoi il est souhaitable, voire souvent indispensable, de disposer d'une salle de réveil séparée, à l'abri du bruit, en plus de la salle d'intervention. Celle-ci doit être équipée d'une couchette confortable. Une couverture pour couvrir le patient et une ou deux chaises pour les proches sont appréciées. Il est utile d'avoir des serviettes en papier et une équelle à portée de main. Il est également souhaitable de prévoir un fauteuil roulant simple pour le transfert du patient en toute sécurité de la salle d'intervention à la "salle de réveil".

 


 

Pour les médecins

Inscription des patients

La procédure d'inscription des patients pour une anesthésie ambulatoire dans votre cabinet se déroule en deux étapes :

1. Prise de rendez-vous

Contactez-nous pour fixer un rendez-vous qui vous convienne, qui convienne au patient et qui nous convienne. Si vous avez déjà collaboré avec nous, vous pouvez également contacter directement le médecin anesthésiste concerné. Si la personne souhaitée n’est pas joignable, veuillez vous adresser à notre secrétariat.

2. Indications des données du patient nécessaires

Nous avons besoin de ces informations complètes de votre part pour chaque patient(e) :

  • Nom, prénom(s)
  • Indication du sexe
  • Date de naissance
  • Adresse postale complète
  • Numéro(s) de téléphone
  • Adresse e-mail
  • Pour les enfants: indication du nom et du/des prénom(s) d“au moins un parent
  • Pour les personnes atteintes d’un handicap:
    • Nom, prénom, numéro de téléphone et adresse e-mail d’un(e) soignant(e) compétent dans la résidence du/de la patient(e)
    • Nom, prénom, adresse, numéro(s) de téléphone et éventuellement adresse e-mail des parents ou du curateur ou tuteur
  • Pour les bénéficiaires de l’aide sociale: l’autorité compétente (y compris l’adresse complète), le nom, le prénom et le numéro de téléphone du collaborateur responsable
  • Spécification du statut d’assurance (LAMal, LAA, LAI, LAM, auto-payeur), caisse-maladie ou assurance compétente
  • Intervention prévue (y compris indication de la côté de l’intervention)
  • Durée estimée de l’intervention 

L’inscription des patients se fait obligatoirement via le formulaire en ligne sur site Internet. Avant votre première registration, vous recevrez de notre part les informations d’accès pour votre cabinet / clinique (nom d’utilisateur et mot de passe initial; vous devrez ensuite remplacer ce dernier par votre propre mot de passe) avec lesquelles vous pourrez ensuite vous identifier pour l’inscription des patients.

 


 

Pour les médecins

Facturation

Anesthésies pour les cas relevant de la LAMal, de la LAA, de la LAI ou de la LAM
  • Anesthésies pour les opérations ambulatoires selon Tarmed: Dans la plupart des cas, vous établirez votre facture selon Tarmed à la charge d’une caisse maladie ou d’une assurance. Dans tous ces cas, nous avons besoin que vous nous indiquiez, pour notre facturation, les codes opératoires que vous avez facturés, car les prestations d’anesthésie sont toujours liées à ces codes Tarmed. En règle générale, nous envoyons nos factures directement à l’assurance compétente, rarement si cela n’est pas possible (pour les cas LAMal), aux patients.

  • Anesthésies pour les traitements dentaires selon le tarif de la société suisse des médecins-dentistes (SSO): dans ces cas, nous établissons une facture Tarmed basée sur le niveau tarifaire pour le risque III et la durée du traitement. (Il n’est pas nécessaire d’indiquer les positions tarifaires SSO que vous avez facturées).
    Si la facture doit être prise en charge par une assurance, il faut obtenir à temps – en tous cas avant la date prévue de l’intervention! – une garantie de prise en charge des coûts.

Anesthésie chez les patients auto-payeurs

Pour les interventions de chirurgie esthétique et les traitements dentaires, les patients doivent généralement payer eux-mêmes les frais d’anesthésie. Dans ce cas, nous appliquons notre tarif auto-payeur qui, comme le Tarmed, comporte une composante fixe et une composante dépendant du temps. La facturation couvre intégralement toutes les prestations d’anesthésie (honoraires, voyage aller-retour de l’équipe d’anesthésie, utilisation des appareils, matériels médicaux, médicaments, etc.)
La facturation peut être adressée directement au patient ou à vous-même, selon ce qui a été convenu.

Anesthésie chez les patients pris en charge

Les patients pris en charge par des services sociaux ou des institutions similaires doivent se renseigner à temps – en tous cas avant la date prévue de l’intervention! – se renseigner auprès de leur organisme de prise en charge pour savoir si celui paiera les frais d’anesthésie pour une intervention élective prévue ou pour des soins dentaires s’ils ne sont pas couverts par une assurance.
Pour les factures prises en charge par des institutions sociales (services sociaux, fondation, etc.), nous appliquons le tarif de l’association des médecins-dentistes cantonaux de Suisse (AMDCS).

Estimation des coûts

Si vous le souhaitez, nous pouvons vous fournir une estimation des coûts. Pour cela, nous avons besoin d‘ une indication approximative du temps d’intervention.
Vous trouvez ici un tableau de nos tarifs.

Contrôle de la solvabilité les patients auto-payeurs

Pour les personnes qui paient elles-mêmes, nous effectuons au préalable un contrôle de solvabilité et nous nous permettons, le cas échéant, de demander un paiement anticipé.

Facturation pour les enfants et les personnes atteintes d'un handicap

La facturation des anesthésies pour les enfants et les personnes handicapées se fait en général selon Tarmed (LCA), même si aucune caisse maladie ou assurance ne prend en charge les frais. Pour les factures à la charge des services sociaux, etc., nous appliquons le tarif de l’association des médecins-dentistes cantonaux de Suisse (AMDCS).

Facturation et encaissement

La facturation ainsi que l’ensemble de la procédure d’encaissement sont dans tous les cas effectués par la Caisse des Médecins de Berne.

En cas de problème avec une facture, veuillez vous adresser à notre secrétariat.

 


 

Pour les médecins

Procédure d'anesthésie

Pour les interventions ambulatoires dans le cabinet, les procédés d'anesthésie suivants sont possibles:

Toute forme d'anesthésie générale

  • L'induction et le maintien de l'anesthésie peuvent être effectués par voie intraveineuse ou par inhalation.
  • La ventilation ou la protection des voies respiratoires peuvent être adaptées à la situation par le biais d'un masque de ventilation, d'un masque laryngé ou d'un tube trachéale introduite par voie orale ou nasale.

Procédures d'anesthésie régionale

  • Rachianesthésies avec des anesthésiques locaux à courte durée d'action

  • Blocages du plexus axillaire en règle générale sous contrôle sonographique (ou plus rarement au moyen d'un stimulateur nerveux)

  • Anesthésies régionales intraveineuses (bloc IV) du bras ou de la jambe

  • Blocages de doigts, de mains et de pieds

Dans les cas appropriés, notamment lors d'interventions diagnostiques désagréables ou douloureuses, il est également possible de procéder à des analgosédations superficielles. En outre, nous proposons des soins anesthésiques supplémentaires (autrefois appelés "stand-by", aujourd'hui de préférence "monitored anesthesia care", MAC) en complément des anesthésies locales que vous effectuez.

Pour chaque patient, nous discutons avec vous de la procédure d'anesthésie la mieux adaptée à l'intervention. Outre les facteurs liés à la procédure et à l'infrastructure, la prise en compte des souhaits éventuels des patients nous est également très importante.

Nos équipes d'anesthésie se composent toujours d'un médecin anesthésiste expérimenté et d'un(e) infirmier(ère) anesthésiste ou d'un(e) infirmier(ère) en soins intensifs tout aussi expérimenté(e).

Il nous tient à cœur d'adapter en détail nos procédures au contexte ambulatoire. Nous attachons donc également une grande importance au traitement de la douleur per- et postopératoire ainsi que la meilleure prophylaxie antiémétique.

 


 

 


 

Qui sommes-nous

L'équipe

Médecins anesthésistes

Spécialistes en anesthésie et soins intensifs

Romy Jordi

Infirmière experte en soins intensifs EPS ES
Ambulancière ES
Instructrice BLS / AED SRC

Monika Hinz

Infirmière experte en soins intensifs EPS ES

Katja Laffer

Infirmière experte en soins d’anesthésie EPD ES
Ambulancière ES

Gaby Striffler

Infirmière experte en soins d’anesthésie EPD ES

Ingrid Traub

Infirmière experte en soins intensifs EPD ES
Formation des cadres pour les directions de services

Susanne Wyss

Infirmière experte en soins d’anesthésie EPD ES

Secrétariat

 


 

Qui sommes-nous

Notre philosophie

Expérience

Après de nombreuses années de formation et d'expérience en tant que médecins cadres dans des hôpitaux, nous avons formé en 2010 l'Ärztegemeinschaft für Praxis–Anästhesie et nous nous sommes spécialisés dans la réalisation d'anesthésies dans les salles d'opération des cabinets médicaux et les cabinets dentaires.

Le patient au centre

Dans toute notre activité, le bien-être et la sécurité du patient sont toujours au centre de nos préoccupations.

Travail en équipe

La collaboration collégiale avec nos partenaires, les médecins et les dentistes qui opèrent, se fait toujours sous la devise du travail d'équipe :
"Ensemble, nous sommes forts".

Sécurité et qualité

Nous réalisons nos anesthésies à un niveau au moins aussi élevé qu'à l'hôpital. L'efficacité et la prise de conscience des coûts sont des éléments importants dans notre travail quotidien. Toutes les procédures que nous appliquons sont conformes aux normes de sécurité et de qualité en vigueur de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM).

 


 

Sécurité

La sécurité avant tout!

Les activités des anesthésistes sont en quelque sorte comparables à celles des pilotes. Comme dans l'aviation, la sécurité est une priorité absolue en anesthésiologie. Le déroulement d'une anesthésie est similaire à celui d'un vol:

  • Prémédication: planification du vol, préparation du vol (briefing)
  • Introduction à l'anesthésie: décollage, montée en altitude
  • Poursuite de l'anesthésie pendant l'intervention: vol de croisière
  • Évacuation d'anesthésie: descente, atterrissage
  • Postmédication: débriefing du vol (debriefing)

Normes de sécurité

Toutes les procédures que nous appliquons sont conformes aux normes de sécurité et de qualité en vigueur de la Swiss Society for Anaesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM).  Au cours de leur longue formation, les anesthésistes et les pilotes sont "entraînés" à respecter les normes de sécurité les plus strictes. En tant qu'experts en sécurité, ils sont donc responsables du respect des normes de sécurité maximales. Ils sont également responsables de la préparation médicale et psychologique optimale de leurs patients pour l'intervention à venir, dans la mesure du possible, même en situation d'urgence. Ils sont notamment chargés de veiller à ce que les patients ayant des antécédents médicaux importants ou des blessures très graves sortent indemnes du traitement.

Toutes les procédures que nous utilisons sont conformes aux normes de sécurité et de qualité en vigueur de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM). Au cours de leur formation de longue date, les anesthésistes et les pilotes sont «préparés» au respect des normes de sécurité les plus élevées. En tant qu'experts en sécurité, vous êtes donc responsable du respect des normes de sécurité maximales. Il leur incombe donc de veiller à ce que leurs patients soient préparés de manière optimale sur le plan médical et psychologique pour l'intervention à venir, dans la mesure du possible également dans des situations d'urgence. En particulier, ils sont responsables du fait que même les patients atteints de maladies préexistantes importantes ou de blessures graves survivent au traitement sans dommage.

Sécurité

Sécurité du personnel

Erreur humaine

Les incidents graves liés à l’anesthésie sont heureusement extrêmement rares aujourd’hui. Des études montrent que dans 80 % des cas, ces incidents sont dus à une „erreur humaine“. Notre haute éthique professionnelle nous oblige à minimiser ce risque en prenant les mesures suivantes:

  • Nous sommes des médecins spécialistes et des cadres expérimentés qui travaillent depuis de nombreuses années dans des hôpitaux  

  • Nous réalisons toujours nos anesthésies en équipe de deux (un anesthésiste et un infirmier spécialisé).

  • Nos infirmiers/infirmières disposent d’une formation complémentaire en anesthésie ou en soins intensifs et d’une longue expérience professionnelle.

  • Pour la gestion de l’anesthésie, nous nous en tenons à des procédures standardisées et à leur vérification au moyen de listes de contrôle.

  • Toutes les procédures que nous utilisons sont conformes aux normes de sécurité et de qualité en vigueur de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM).
  • La compétence professionnelle est garantie par l’obligation légale de formation continue des médecins.

  • Nous nous perfectionnons continuellement en participant à des congrès et à des cours ciblés en Suisse et à l’étranger.

  • Dans le cadre d’un cercle de qualité que nous organisons, nous échangeons nos expériences avec des collègues professionnels.

  • Nous sommes membres de différentes associations professionnelles.

  • L’étude régulière de la littérature spécialisée nous permet de maintenir à jour et d’élargir continuellement nos connaissances dans le domaine de l’anesthésie ambulatoire.

L’accomplissement du devoir annuel de formation continue des médecins est une condition préalable au maintien des certificats de spécialisation. Elle est ancrée dans la loi sur les professions médicales (LPMéd) et se basant sur cela réglée en détail dans la Réglementation pour la formation continue (RFC) de l’Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue (ISFM) de la Fédération des médecins suisses (FMH) et dans le Programme de formation continue (PFC) qui en découle. Le respect du devoir de formation continue des médecins est contrôlé par les sociétés de discipline médicale, dans notre cas par la Swiss Society for Anaesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM).

Sécurité technique

Comme à l’hôpital

Nous utilisons les mêmes appareils médico-techniques, les matériaux médicaux et les mêmes médicaments que dans les hôpitaux. Notre équipement moderne répond également aux directives et aux normes de la Swiss Society for Anesthesiology and Perioperative Medicine (SSAPM) . Nous utilisons principalement nos appareils pour la surveillance (monitoring) de différentes fonctions corporelles. Même pour les procédures d’anesthésie générale simples, plus de 20 paramètres différents sont surveillés en continu. Des appareils plus complexes sont également utilisés pour des mesures individuelles sur le patient, par example:

  • Vidéolaryngoscopes et bronchoscopes à fibre dans le cadre de l’intubation
  • Respirateurs pour la ventilation
  • Perfuseurs pour l’administration continue de médicaments et de solutions pour perfusion
  • Appareils à ultrasons pour l’imagerie dans le cadre de ponctions.

Miniaturisation technique

Grâce à la miniaturisation des appareils électroniques, il nous est possible d’emporter tous les appareils médico-techniques nécessaires et de les utiliser sur place.

Appareils d’anesthésie

Les appareils d’anesthésie que nous utilisons disposent tous des fonctions habituelles selon les normes actuelles:

  • Mesure de l’oxygène inspiratoire
  • Capnographie
  • Mesure des gaz anesthésiques
  • Manomètre de pression respiratoire
  • Bypass d’oxygène à haut débit
  • Dérivation des gaz anesthésiques

Nous anesthésions sans gaz hilarant.

Surveillance (Monitoring)

Le monitorage pendant chaque anesthésie comprend:

  • ECG
  • Tension artértielle
  • Saturation en oxygène
  • Gaz respiratoires (O2, CO2, gaz anesthésiques) en cas d’anesthésie générale

Selon les cas, des mesures supplémentaires peuvent être appliquées :

  • Dérivation d’indice bispectral (BIS®)
  • TOF-Watch® pour l’anesthésie avec relaxation
  • Mesure de la température

Nous disposons toujours de la possibilité d’aspirer les sécrétions et le sang de la bouche et de la gorge.

De même, nous disposons toujours d’un équipement pour les urgences:

  • Défibrillateur
  • Bronchoscope à fibre
  • Aiguille intra-osseuse

L’entretien technique et les contrôles réguliers de nos appareils sont effectués par des entreprises spécialisées dans les techniques médicales, conformément aux directives des fabricants et des fournisseurs et aux prescriptions légales (ordonnance sur les dispositifs médicaux).

Sécurité médicamenteuse

Fiabilité

Les médicaments actuels peuvent être utilisés avec un degré de sécurité et de fiabilité très élevé. Grâce aux technologies de surveillance modernes, les effets individuels des anesthésiques sur le patient sont observables en continu et peuvent être adaptés avec précision aux différentes phases des opérations grâce à des dosages finement ajustés.

Contrôle des résultats

Pour la sécurité de nos patients, nous n’utilisons que des médicaments modernes à courte durée d’action. C’est la bonne contrôlabilité de ces médicaments qui a rendu possible l’anesthésie ambulatoire dans les cabinets médicaux et dentaires. Ainsi, les patients peuvent rentrer rapidement chez eux peu de temps après une intervention, sans craindre de complications dues à des effets secondaires (p. ex. excès d’opiacés ou de relaxants).

Sécurité des processus

Parties impliquées

La réalisation d’une intervention chirurgicale ambulatoire sous anesthésie dans un cabinet médical ou dentaire est un processus complexe dans lequel différentes parties sont impliquées:

  • Patient
    • Parents, soignants
    • Collaborateurs du service social
    • Curateurs, tuteurs
  • Médecin opérant et son équipe de cabinet
  • Équipe d’anesthésie
  • Médecin de famille, pédiatre, médecins spécialistes et collaborateurs des cabinet et des secrétariats

Coordination

Nous avons institutionnalisé un processus standardisé pour le processus anesthésiologique, qui garantit que

  • la prise de rendez-vous soit simple et rapide
  • les informations destinées aux patients soient communiquées en temps utile et de façon complète
  • les éventuels facteurs remettant en question la réalisation sûre de l’anesthésie soient identifiés à temps et que les mesures nécessaires (examens complémentaires, éventuels traitements préalables) puissent être prises
  • la disponibilité du personnel, du matériel et des appareils soit garantie e tout moment
  • un anesthésiste soit joignable à tout moment, même après la fin de l’intervention et de l’anesthésie.

Contrôle de suivi

Nous contrôlons la qualité de nos anesthésies et la satisfaction de nos patients par des enquêtes de suivi régulières.

Évaluation

Nous nous réservons le droit d'analyser les données sous forme anonyme à des fins scientifiques et de contrôle de qualité.

 


 

Cours d'urgence

Chaque heure en Suisse, environ six personnes sont victimes d'un infarctus du myocarde, d'une attaque cérébrale ou d'un arrêt cardio-circulatoire mettant leur vie en danger. Malheureusement, de nombreuses personnes ne savent pas comment réagir correctement dans une telle situation. La peur de faire quelque chose de faux les bloque souvent à ce moment-là. Pourtant, les conséquences d'un arrêt cardio-circulatoire sont fatales si une réanimation n'est pas immédiatement entreprise, c'est-à-dire si des mesures de réanimation ne sont pas prises sur le champs. Le taux de survie diminue d'environ 10 % par minute sans massage cardiaque. Si l'on ne fait rien, l'arrêt cardio-circulatoire est dans tous les cas fatal.

En Suisse, les services de secours sont généralement sur place dans les 10 minutes qui suivent l'alarme. Il s'agit donc de combler le temps entre l'événement et l'arrivée des services de secours par des mesures de réanimation.

BLS est l'abréviation de "Basic Life Support", mesures de premiers secours de base. Les mesures BLS sont soutenues de manière optimale par l'utilisation d'un DAE (défibrillateur externe automatisé, en anglais automated external defibrillator, AED).

Nous proposons des cours BLS-AED certifiés SRC: formations sur les mesures de base de la réanimation et l'utilisation des DAE. Nos instructeurs sont certifiés par le SRC (Swiss Resuscitation Council, "Conseil suisse de la réanimation"), les objectifs des cours sont conformes aux directives du SRC. Sur demande, des cours configurés spécifiquement pour l'entreprise sont également possibles.

Offres de cours

Cours 1: compact BLS-AED-SRC (Basic Provider)

Groupe cible
Entreprises, personnes privées

Contenu

Le cours aborde les thèmes relatifs à la reconnaissance d’une urgence vitale, à l’alarme, au respect de sa propre sécurité lors de l’assistance sur le lieu de travail, pendant les loisirs comme lors d’événements extraordinaires. La formation permet aux participants d’apprendre les compétences de base de la réanimation (massage cardiaque, respiration artificielle et défibrillation au moyen d’un DEA).

Certificat

Après avoir suivi le cours, chaque participant reçoit une attestation de cours.

Condition préalable

Les cours sont organisés à partir de 4 participants, 18 personnes maximum par cours.

Durée
3 heures

Lieu du cours

Les cours sont organisés dans votre entreprise. Ils peuvent être organisés en journée, en soirée ou le samedi.
Il faut une salle avec suffisamment de place pour s’asseoir et s’exercer, ainsi qu’un mur ou un écran clair pour la présentation de la formation. Nous mettons à disposition un vidéoprojecteur, des appareils d’exercice et de la documentation.

Offre

Cours 2: BLS-AED-SRC complet (Generic Provider)

Groupe cible

  • Personnel médical spécialisé comme les médecins, les assistantes médicales (AM), en soins et santé communautaire (ASSC) et le personnel soignant des cabinets médicaux et dentaires, des cliniques de jour, des établissements de soins et des maisons de retraite.

  • „First Responder“ avec mandat de prise en charge, comme par example intervenants dans les piscines (maîtres-nageurs et maîtres de bain), les employés des centres de fitness, les pompiers, le personnel scolaire, les entreprises d’enseignement, la police, la protection civile, etc.

  • Personnes intéressées par le sujet, comme par exemple les proches de patients cardiaques, utile à partir de 12 ans.

Contenu

Le contenu du cours correspond aux directives du SRC selon les lignes directrices actuelles.

  • Identifier et évaluer les situations d’urgence en respectant sa propre sécurité
  • Facteurs de risque en cas d’infarctus du myocarde et du cerveau
  • Résolution de problèmes dans les situation d’urgence
  • Positionnement de la personne inconsciente
  • Déroulement de l’action selon „l’algorithme BLS-AED-SRC“
  • Entraînement des compétences de base : première évaluation, massage cardiaque, respiration artificielle
  • Défibrillation au moyen d’un DEA chez les adultes et les enfants
  • Indications et contre-indications AED
  • Sécurité et risques AED
  • Urgence d’asphyxie chez les adultes et les enfants
  • Entraînement pratique à l’aide d’exemples de cas

Certificat

A l’issue du cours, un certificat „BLS-AED-SRC-Complet“ est délivré à chaque participant.

Ce certificat n’est pas valable pour l’examen du permis de conduire.

Condition préalable

Les cours sont organisés à partir de 4 participants, avec un maximum de 18 personnes par cours.

Durée
4 heures

Lieu du cours
Les cours sont dispensés dans votre entreprise. Ils peuvent être organisés en journée, en soirée ou même le samedi.
Une pièce avec suffisamment d’espace pour s’asseoir et s’entraîner est nécessaire, ainsi qu’un mur ou une toile claire pour la présentation de la formation. Nous mettons à disposition des projecteurs, des appareils d’exercice et des documents.

Offre

Cours 3: BLS-AED-SRC-Refresher (Generic Provider)

Groupe cible

Toutes les personnes ayant des connaissances préalables, qui ont déjà suivi un cours BLS-AED-SRC complet et qui souhaitent rafraîchir et actualiser leurs connaissances. La validité du certificat est ainsi renouvelée.

Contenu

Cours de rafraîchissement après avoir suivi un cours BLS-AED-SRC complet. Le SRC recommande ce cours tous les deux ans, en particulier après la publication de nouvelles directives.

Il transmet des connaissances pratiques à l’aide de scénarios réalistes et reproduits et correspond aux directives du SRC.

  • Reconnaissance et évaluation des situations d’urgence, y compris l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral.

  • Résolution de problèmes en situation d’urgence

  • Positionnement de la personne inconsciente

  • Déroulement de l’action selon „l’algorithme BLS-AED-SRC“.

  • Entraînement des compétences de base : première évaluation, massage cardiaque, respiration artificielle

  • Défibrillation au moyen d’un DEA chez les adultes et les enfants

  • Urgence d’asphyxie chez l’adulte et l’enfant

  • Entraînement pratique par des exemples de cas

Certificat

À l’issue du cours, chaque participant reçoit un certificat renouvelé „BLS-AED-SRC-Complet“.

Condition préalable

Les cours sont organisés à partir de 4 participants, avec un maximum de 12 personnes par cours.

Durée
3 heures

Lieu du cours

Les cours sont organisés dans votre entreprise. Ils peuvent être organisés en journée, en soirée ou le samedi.

Il faut une salle avec suffisamment de place pour s’asseoir et s’exercer, ainsi qu’un mur ou un écran clair pour la présentation de la formation. Nous mettons à disposition un vidéoprojecteur, des appareils d’exercice et de la documentation.

Offre

Formations spécifiques au client

Formations spécifiques aux clients

En fonction de vos souhaits et de vos besoins, nous mettons sur pied un cours d’urgence sur mesure, adapté à votre cabinet ou à votre entreprise.

Nous vous aidons également volontiers à:

  • la composition d’un sac ou d’une trousse d’urgence pour votre entreprise

  • l’acquisition de matériel et de médicaments d’urgence
  • la compilation de la documentation nécessaire et actuelle
  • la formation des connaissances médicales de base les plus importantes pour tous les collaborateurs de votre équipe.

Instructeurs

 


 

Partenaires

Nos équipes réalisent plus de 4000 anesthésies par an. Depuis 2010, nous avons collaboré avec bien plus de 150 médecins opérants et dentistes avec satisfaction dans leurs cabinets. Vous trouverez ci-dessous un extrait de nos références.

Chirurgie générale / chirurgie de la main / chirurgie plastique et esthétique

Chirurgiezentrum Solothurn
Dr. méd. Ueli Abbühl, chirurgie de la main
Dr. méd. Claude Bussard, chirurgie de la main
Dr. méd. Martin Leimgruber, chirurgie générale
Dr. méd. Christina Stathakis, chirurgie de la main

Plastische Chirurgie Stadelhofen, Zürich
PD Dr. méd. Claudio Contaldo

Arztpraxis Mühlematt AG, Zofingen
Dr. méd. Marc Mayer, chirurgie générale

fineartSurgery
Dr. méd. Benedikt Strub, chirurgie plastique, chirurgie de la main

Venen-Lipödem-Zentrum Baar (Lipovena AG)
Dr. méd. Andrea Braun, chirurgie vasculaire

Médecine dentaire / chirurgie dentaire / chirurgie maxillo-faciale orale

Zahnarztzentrum.ch AG
Chaîne de 41 cabinets dentaires de groupe dans toute la Suisse alémanique

Kiefer-Gesichtschirurgie Baden
Dr. méd. Dr. méd. dent. Thomas Bottler

Praxisklinik Picassoplatz Bâle
Dr. méd. dent. Manuela Linder
Dr. méd. Dr. méd. dent. Robert Weber

Zahnarzt Strub Baden
Dr. méd. dent. Matthias Strub

Zahnhase Basel-Barfüsserplatz
Dentisterie pour enfants

Dr. méd. dent. Viviane Hurni, Fribourg

Dr. méd. dent. Gabriela Kündig, Kreuzlingen

IZMK Niederbipp
Dr. méd. Dr. méd. dent. Ljubinko Petrovic

Ophthalmochirurgie

AugenarztpraxisPlus Baden
Dr. méd. Armin Junghardt

Vista Augenzentrum Brugg
Dr. méd. Iraklis Vastardis

Médecine de la reproduction

Kinderwunschzentrum Baden

Urologie

Urologiepraxis Lenzburg
Dr. méd. Martin Schmidtpeter

 


 

Contact

Médecins anesthésistes

Secrétariat

 


 

Downloads

Informations patient

Brochure d'information pour les patients

Questionnaire de santé

Remplir le questionnaire de santé en ligne
Adultes et adolescents de plus de 16 ans
Enfants et adolescents de moins de 16 ans
Personnes atteintes d'un handicap

Inscription de patientes

Procédure d'inscription en ligne de patients
pour des anesthésies

 

Announce

New
arrival

2019 collection

Let’s face it, no look is really complete without the right finishes. Not to the best of standards, anyway (just tellin’ it like it is, babe). Upgrading your shoe game. Platforms, stilettos, wedges, mules, boots—stretch those legs next time you head out, then rock sliders, sneakers, and flats when it’s time to chill.